Mes Verriers

 

Extrait du livre Verreries et Verriers d’Alsace du XVI au XX siècle par Antoine STENGER
Ingénieur A.M et E.N.SP. Ancien Directeur des verreries de Trois-Fontaines (Moselle)

Les verreries de Soultz-Rimbach

La 1ère verrerie de Soultz-Rimbach près de Guebwiller a débuté en 1651. C'est la date où apparaissent dans les registres paroissiaux de Soultz les premiers noms de verriers. C'est aussi la date où la verrerie du Roschgraben près de Ganzbrunnen, district de Welschenrohr, dirigée par Henri Engel est éteinte (il serait né à Biberstein près d’Aarau). Elle fut créée principalement par la colonie de verriers et d'aides verriers de cette région du nord de Soleure en Suisse.

Les nombreux membres de la famille Engel qui se retrouvent à la mise en route du premier four dans les bois de Soultz dès juin 1651 sont: Jean Jacques Engel époux d'Elisabeth Hug, Pierre Engel époux de Brigitte Meyer, Henri Engel époux d'Agnès Megly qui sera le maître de la verrerie, Urs Engel époux d'Elisabeth Meister et Jodocus Engel venu directement de Schupfheim dans l'Entlebuch. On aimerait prouver par-là que les Engel avaient sans doute gardé des relations avec leurs ascendants de l'Entlebuch. La verrerie occupera encore par la suite Victor Engel de Welschenrohr, Urs époux de Barbe Meyer, Jean Jacques époux d'Eve Studer, Joseph et Jean Martin Engel.


Ils ont été accompagnés ou rejoints par Urs Mathis époux de Marie Elisabeth Grassely, Simon Megly beau-frère de Henri Engel et époux d'Eve Munsch.

Cette installation provoquera d'autres exodes d'habitants du pays de Soleure: Jean Probst de Mumliswill, Urs Brunner de Matzendorf époux de Marie Engel, Gaspard Schneider d'Erswill. Comme autre étranger signalons Jean Baptiste Cingano, verrier italien qui était en 1770 en relation avec les verriers de Soultz (il sera davantage évoqué à la verrerie de Ribeauvillé).


A l'entour de la même date citons encore, travaillant à la verrerie: Georges Walch, venu du diocèse de Salzbourg, époux d'Agnès Engel, Jacques Griner originaire de Barr du canton de Zug époux de Jacobée Grill de Sursee, Jean Théobald Megly. Jean Martin Griner, fils de Michel Griner de la Forêt-Noire et de Marie Gras- sel de Liegsdorf, épouse en 1681 Jacobée Engel à Soultz et restera à la verrerie.


Les verriers Jean-Jacques, Jean-Wolf Mathis arrivent après 1680. Ce dernier. époux d'Anne-Marie Engel sera, avec son frère Jean et son père Urs, signataire en 1687 du bail de la verrerie de Ribeauvillé ainsi que le verrier Georges Bretzner (mon 1476 et 1504) o ca 1660 SIEZENHEIN ? + 26/04/1694 RIBEAUVILLE (68) x 13/09/1683
SOULTZ (67) à Elisabeth Mathis (mon 1477 et 1505) o ca 1663 qui venait aussi d'arriver à Soultz de même que Jean- Daniel Megly.


La fin du siècle continue à enregistrer des naissances, des mariages à la verrerie et montre que des verriers ont continué à vivre dans la paroisse de Soultz. Il s'agit en particulier de: Urs Brunner, Théobald Megly, Jean-Jacques Meyer, Henri Schmidt, Jean Sigwart. Le nom des Burrey présents à Lucelle dès 1680 se trouve également à Soultz avec Blaise, Jean et Urs  Bora (Burrey) nom qui se retrouvera à Wildenstein.


Si Henri Engel est présenté comme prévôt de la verrerie dès sa création, Pierre Engel en fut le successeur jusqu'à son décès en 1671. Il sera suivi par Simon Megly qui atteindra l'âge de 85 ans en 1703.


En 1698, le livre des revenus de la ville de Soultz (archives) nous apprend qu'à cette date Urs Engel est prévôt alors que parmi les autres verriers sont cités: Michel Rapp, Simon Megly et Joseph Walch. Michel Rapp deviendra prévôt en 1707 et cèdera la place à Jean Weibel en 1712.

L'emplacement des deux verreries

Deux verreries se sont succédées au cours de la période de 1651 à 1714. Les terrains essartés par les verriers devinrent deux marcairies décrites en 1755 lors d'un relevé des biens de la commune de Soultz, relevé établi par le géomètre PETIN.

Le premier emplacement se trouve dans la vallée de la Firstackerbach, en amont du Wustengraben, au nord et en contre-bas de la chapelle de Sudel. Des vestiges d'occupation subsistent sur le versant de la rive gauche de la Firstackerbach, mais rien ne reste de la chapelle.

Dénommée dans le relevé des biens Altglashutte établie depuis plus de 100 ans son district est dit servir à approvisionner en chauffage le marcaire lorsque celui-ci séjourne à la montagne (chaumes du chalet du Ballon et de la ferme Gerstacker). Cet emplacement où les verriers travaillaient sur un four à 10 pots fut abandonné vers 1673 pour l'emplacement suivant.

Le deuxième emplacement se situe sur le versant sud-est du Judenhut près de l'endroit où la route de Rimbach à l'auberge dite Glashutte passe sur le ruisseau Rimbach.

La zone affectée devait couvrir les districts appelés actuellement Althutte et Kohlwaldele. L'ancien registre cadastral de Soultz inventorie 4 maisons à la métairie de la vieille verrerie dont le Kohlwaldele.
Son existence est également attestée par le relevé des biens par PETIN: aménagée par les mêmes verriers, la surface essartée, appelée marcairie de la Neuglashutte, comportant 374 arpents, est limitée par les prés de Rimbach, l'étang et le ravin de im Schlissel. Elle avait été défrichée, il y a 70 ans, c'est-à-dire vers 1685.


L'emplacement est encore confirmé par la carte de Cassini qui situe une vieille verrerie sur la rive coulant du Ballon vers Rimbach (la Rimbach).

Dès 1667, Urs Engellouait au Kohlrhain, dans ce secteur, un pré à la ville de Soultz pour 10 schellings valeur bâloise par an.
La nouvelle installation ne se fit pas sans heurts avec les habitants de Rimbach. Le 29 août 1680 ceux-ci adressèrent une requête au Magistrat de Soultz à propos du droit de pâturage.
Là où ils possédaient des droits de longue date sur le ban communal et dans la forêt, les verriers laissent divaguer leurs animaux et en plus, ils leurs interdisent de traverser leur territoire pour se rendre au Belchen.

Des problèmes identiques existaient déjà lors de la première installation. Il empirèrent au moment où, il y a 7 ans, la ville de Soultz accorda aux verriers les nouvelles concessions de terrains.


Le peu de documents dont on dispose sur cette verrerie ne nous permet pas de fixer la date de son extinction. De nombreuses familles continuent en général à vivre sur les lieux et dans les registres on persiste à attribuer aux habitants leur métier passé et à désigner l'endroit sous le vocable de verrerie qu'il portait de longue date.

En 1700, Jean Henri Engel, maître verrier, quittera la vallée de Rimbach pour participer à la création de la verrerie de Guntzwiller financée par Jacques Krummenacher ( mon 750) dont le père avait quitté l'Entlebuch en 1653 et fut marcaire dans la région de Ribeauvillé avant de s'établir définitivement au pays de Sarrebourg. ( mon 750) o ca 1653 ENTLEBUCH (Suisse) + 01/08/1721 GUNTZVILLER (57) x 26/09/1684 MITTELBRONN (57) à Agathe FUGVOLCK ( mon 751) o ca 1651 + 15/10/1744 GUNTZVILLER (57)

Les derniers verriers ou ouvriers de la verrerie tels les Walch, Brunner, Engel, Rapp, Hug, Megly continuèrent à habiter au Kohlrain. Aucun indice ne nous documente sur l'activité des fours. En 1714 tous étaient partis. La fabrication devait se composer de verres ronds pour vitraux comme à Ganzbrunnen et en gobeleterie; de nombreux débris de verres trouvés près du site permettent de démontrer la fabrication de verres décoratifs de couleur bleu saphir.